La biodiversité algérienne est suffisamment cernée. Certains résultats de la recherche scientifique, acquis depuis l’année 2000, sont très prometteurs, comme l’atteste la découverte de nouveaux taxons, y compris dans les régions arides.

La biodiversité algérienne globale (naturelle et agricole) compte environ 16.000 espèces, mais l’économie algérienne n’utilise que moins de 1% de ce total.  

Les caractéristiques de la flore algérienne, à savoir:

La population faunistique connue totalise 4 963 taxons dont un Millier de vertébrés. Cette dernière catégorie est représentée notamment par les classes suivantes : les poissons (300), les reptiles (70), les oiseaux (378) et les mammifères (108).

L’Algérie compte prés 150 taxons de micro-organismes. L’état des travaux scientifiques n’a pas évolué significativement dans ce domaine. Toutefois, dans le cadre de travaux de recherche financés entre autres par le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (appel d’offres sur les Biotechnologies), il a été permis de mettre en exergue plusieurs nouveaux micro organismes dans le cadre des travaux d’inventaire et de caractérisation des ressources génétiques locales.

A ce titre, nous pouvons citer les faits suivants :

 A cela, il y a lieu d’ajouter les travaux d’inventaires mis en œuvre dans le cadre du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et portant sur :

Enfin, il y a lieu de mentionner la découverte d’une nouvelle espèce bactérienne, Azospirillum brasilense capable d’améliorer la croissance du blé sous des conditions de stress salin, isolée de sols algériens.

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02375326/document